YS I.1 - atha yoga anusasanam

Par

le

Pinman
13 juillet 2021

Où en suis-je dans la documentation ? Ici :
Sommaire >
Yoga Sutra de Patanjali pour tous – Introduction > Chapitre 1 – Samadhi pada > YS I.1 – atha yoga anusasanam

> Étudier YS I.2

Écouter le chant et l’article

Au sommaire de l’article

Temps de lecture : 5 minutes

En translittération on écrit

« atha – yogānuśāsanam »

Traduction proposée

« Voici venu le moment de l’enseignement du yoga »

Signification de « Atha »

atha : une particule utilisée au début (des œuvres) principalement comme signe de bon augure, et traduite par « ici », « maintenant » (commence). Elle sert à introduire une remarque, une question, une affirmation, etc.

DDSA : Le dictionnaire pratique sanskrit-anglais

« Ici, maintenant commence… »

Selon les commentateurs des Yoga sutra, l’adverbe employé par Patanjali est large de sens. Il sous-entend que démarrer l’enseignement du yoga, bien qu’à la portée d’un grand nombre de personnes, ne peut se faire n’importe quand et n’importe comment. Il y a des conditions pour cette rencontre. Ainsi, « atha » sous-entend que les facteurs de rencontre doivent être favorables pour que la relation entre l’enseignement du yoga et l’élève, soit bonne.

Derrière l’enseignement, il y a une personne qui est l’enseignant : l’emploi précédent du mot « relation » cible donc indirectement le lien entre l’élève et l’enseignant.

Une relation « amicale », c’est quoi ?

Pour tenter de percevoir plus en détail le message, et même s’il est différent de la relation avec un enseignant de yoga, prenons l’exemple du lien d’amitié universel qui peut unir deux personnes, et tentons de l’analyser : effectivement, il s’agit également d’une relation. Comment s’opère t-elle ?

Certains facteurs doivent être présents et nous pouvons parler aussi d’ordre chronologique dans les évènements pour arriver à cette relation :

  • Tout d’abord, il y a la rencontre entre deux personnes : selon les circonstances, elle peut être imprévue, souhaitée (donc préparée), ou forcée,
  • cette rencontre initiale permet de premiers échanges,
  • De ces échanges, quelquefois répétés, naît un début de relation : si certains facteurs sont présents, tels que le respect mutuel, la prise de considération réciproque, l’humilité, une notion d’intérêt bienveillant, etc., alors la confiance s’initie dans la partie,
  • La confiance est importante, elle permet de s’ouvrir : l’un s’ouvre à l’autre, et l’autre s’ouvre à l’un, cela doit être réciproque.
  • Dès lors, intervient l’envie, l’envie de poursuivre la relation à des fins de découverte, d’entre-aide, de connaissance, de bien-être.

On voit ici l’importance de ces conditions : l’ouverture à l’autre, avec confiance et envie, dans un but final qui est souvent lié à une question de bien-être. Bien entendu, si la rencontre initiale est forcée, le lien va être plus long à établir, voir impossible.

  • Enfin, et lorsque ces conditions sont réunies, un échange véritable va s’instaurer et s’approfondir avec le temps : on apprend alors progressivement à parler sans crainte de jugement, à décrire des évènements passés, à se dévoiler (c’est à dire à enlever le voile qui nous recouvre). On apprend aussi à écouter, à recevoir, à s’enrichir de l’expérience et de la connaissance de l’autre. Et, c’est important, on apprend également plus facilement à donner son point de vue, à dire lorsqu’on est d’accord ou lorsqu’on ne l’est pas, et même à trouver des moyens détournés ou à prendre des précautions dans nos actions, pour le bien de l’autre : c’est l’échange véritable, une relation de cœur à cœur.

L’amitié apparaît souvent à cette dernière étape. Elle est très liée à une notion de temps au cours duquel, apparaît l’affect : joie réciproque lors des bons moments, ou chagrin partagé lors des difficultés. Ainsi, on peut voir que le côté émotionnel s’immisce dans la relation. La caractéristique de l’affect, dans la relation amicale, c’est qu’elle a le pouvoir de déteindre de l’une des parties, vers l’autre. A noter que cela peut parfois rendre difficile l’accueil des afflictions en provenance de l’un, et ainsi troubler le bien-être de l’autre, s’il n’y prend pas garde.

La relation « amicale »
la rencontre -> les premiers échanges -> la confiance mutuelle -> l’envie -> l’ouverture des deux parties -> la découverte-> la relation de cœur à cœur (l’échange véritable) avec affect

Une relation « élève <> enseignant de yoga », c’est quoi ?

Il en va de même entre l’élève et l’enseignant de yoga : des prérequis doivent être réunis, entre les deux parties, pour que la relation se fasse :

  • L’élève, motivé par une recherche de mieux-être, est en quête d’enseignement et cela, avec envie : une quête de connaissance, de découverte, ou une expérience passée peuvent en être les raisons.
  • La rencontre de l’enseignant doit aboutir, du côté de l’élève, à une notion de confiance et d’ouverture : l’élève doit se sentir bien, il a donc le choix d’y aller ou pas, de s’investir ou non.
  • En face, l’enseignant à également une grande responsabilité, celle de l’acceptation de la relation. D’une part, il doit juger si l’élève est prêt à accueillir l’enseignement, et d’autre part, il doit s’ouvrir à l’élève, lui aussi avec envie : l’enseignant à donc également le choix d’accepter ou pas la relation.

La relation « élèves / enseignant de yoga« 
la rencontre -> les premiers échanges (motivation de l’élève – présentation de l’enseignant et de son enseignement) -> la confiance mutuelle -> l’acceptation de poursuivre la relation avec envie -> l’ouverture des deux parties -> la découverte (de l’élève – de l’enseignement) -> la relation de cœur à cœur, SANS affect côté enseignant -> la transmission d’un côté, l’accueil de l’autre

Quelle est la différence majeure entre la relation « amicale » et la relation « élève <> enseignant » ?

La grande différence est que l’enseignant de yoga se doit de préserver une neutralité absolue vis à vis de la relation instaurée avec son élève : il doit garder le contrôle de son affect, afin d’être en mesure d’écarter, ou de contenir, tous sentiments ou émotions qui pourraient naître en lui, au regard des évènements façonnant la vie ou le vécu de l’élève. Ce n’est en aucun cas une preuve de désintérêt, bien au contraire. Il s’agit d’une volonté, d’un devoir, d’être le plus proche que possible d’une compréhension éclairée de qui est réellement son élève. En effet, en se tenant éloigné de ses propres émotions, l’enseignant évite de voir la réalité de son élève à travers ses propres filtres émotionnels. Le but étant donc, au final, d’être en capacité de transmettre avec patience, persévérance, enthousiasme et plaisir, un enseignement pur, ciblé et donc complètement adapté à l’élève. Ce n’est pas une chose aisée. Certains sutra de Patanjali reviennent en détail sur ces aspects.

Signification de « Yoga »

Yoga : joindre, unir – Union, jonction, combinaison – Contact, connexion – …/… – Un joug.

DDSA : Le dictionnaire pratique sanskrit-anglais

Il s’agit là du sujet principal des Yoga sutra de Patanjali.

Plusieurs étymologies et interprétations du mot « yoga » existent : « Joindre – Unir – Union » sont des termes que l’on retrouve le plus souvent et qui désigneraient l’union avec le principe de conscience, avec le Soi.

La pièce de bois qu’on met sur la tête des bœufs pour les atteler (le joug) en est aussi la définition : la métaphore cible ici le moyen (le yoga) de se (re)lier avec la « source de l’existence ».

Egalement, les commentateurs traditionnels des Yoga Sutra traduisent la racine « yuj » par « se concentrer » : on y voit un lien certain avec la méditation.

Signification de « Anusasanam »

Anuśāsanam (en translittération) : conseil, direction – Instruction fixant des règles ou des préceptes – Loi – Traitement d’un sujet – …/…

DDSA : Le dictionnaire pratique sanskrit-anglais

Ainsi, voici venu le temps, lorsque la relation est propice, de l’enseignement du yoga. Un enseignement dans lequel il y a des instructions, des règles, des outils et des modes d’emploi qui, selon la tradition, sont transmis de génération en génération, de maître à élève, principalement par voie orale.

La traduction possible de anusasanam par le mot « loi », montre qu’une certaine notion d’autorité a été acquise dans cet enseignement, sous couvert d’expérimentations, de réflexions, de constats édictés au cours des siècles de pratique.

Les yoga sutra de patanjali, pour qui ?

L’article « Yoga Sutra de Patanjali pour tous – Introduction » donne une réponse ici.

> Étudier YS I.2

Chapitre I / Chapitre II / Chapitre III / Chapitre IV
Introduction au YS / Sommaire

Partager l'article
  

Laisser un commentaire

Les dernières parutions

Ce sutra 2.4 apporte une précision importante sur avidya. Ensuite, il liste les niveaux d’activité pouvant mobiliser les sources de souffrance.
Dans ce sutra 2.3, Patañjali énumère les foyers de souffrance. Le mot foyer désigne les causes, les sources, les origines de la souffrance (kleśā).
Le sutra 2.2, des Yoga Sutra de Patañjali donne le résultat offert à toute personne s'impliquant dans la démarche du yoga de l'action (kriyā-yogaḥ).